Pour en finir avec les interprétations

Désolé, cet article est seulement disponible en Frantsesa.

Nous souhaitons répondre aux allégations concernant l’Ikastola parus dans différents médias, et notamment celle de l’ancien Maire, n’habitant plus à Briscous et s’étant présenté à Bayonne lors des élections municipales de 2020.

En préambule, la Commune a 2923 habitants et 4 écoles : 2 publiques et 2 privées.

Tous les enfants qu’ils soient scolarisés dans le public ou le privé mangent à la Cantine communale, ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses communes.

Les parents qui choisissent les écoles publiques doivent scolariser leurs enfants sur la Commune comme dans beaucoup d’autres villages. Pourquoi n’en serait-il pas de même dans le privé, surtout quand il existe des écoles privées dans ces communes ? (cf. précédente réponse)   

Pour compléter votre information, vous trouverez ci-après les différents permis signés par l’actuel Maire de Briscous en accord avec le Conseil Municipal, donc les élus ne sont pas opposés à ce projet.

La convention de mise à disposition du terrain à l’Ikastola et l’avenant ci-après démontrent la volonté des élus, s’il en était encore besoin, de soutenir l’Ikastola, avec un montant de loyer très minime, sur un terrain constructible : 354,23€ par an, en comparaison avec les prix sur notre commune.

L’évocation par l’Ikastola, dans leurs différentes communications, de notre projet de construction de 160 logements n’est pas recevable. En effet, chacun connaît  les problèmes  de logement au Pays Basque depuis plusieurs années, dans ce contexte de pression foncière croissante, nous avons souhaité répondre aux attentes de logements des beskoiztar à des prix raisonnables.

Enfin, les enfants de l’école publique des Salines ont été plus de 30 ans dans un algeco pour le périscolaire sans que cela ne soulève autant d’insinuations et de calomnies, ni d’ailleurs de projet de l’ancien Maire. Nous commençons cette année des travaux pour y remédier.

 

En conclusion, les élus, ne souhaitant pas que d’autres enfants connaissent la même situation, sont dans l’attente du dépôt par l’Ikastola du permis de construire pour des bâtiments en dur qu’ils financeront dans les limites du terrain occupé actuellement.

 

En lien  

 Les permis (de 2014 – 2020)
Les autorisations d’urbanisme

 La convention et avenant  
Convention

 

Fabienne Ayensa,

Maire de BRISCOUS